AtremoPlus : La L-Dopa, précurseur de la Dopamine aussi appelée la “molécule du bonheur” !

Pourquoi la dopamine est-elle aussi appelée la “molécule du bonheur” ?

Nous avons tous entendu parler de la dopamine, mais savons-nous vraiment ce que c’est ?
Et quel impact elle a sur notre corps et nos émotions ?
La dopamine est un neurotransmetteur qui régule de nombreuses fonctions de notre corps.
Plus nous étudions cette molécule, plus nous comprenons son impact significatif sur notre corps physique, notre état mental et nos émotions. Ce neurotransmetteur exceptionnel peut en effet favoriser des sentiments positifs tels que le bonheur et le plaisir.

Comment la dopamine est-elle liée à notre système de récompense ?

Des études récentes montrent à quel point cette “molécule du bonheur”, également connue sous le nom de “molécule du bien-être”, est liée au système de récompense de notre cerveau.
Les récompenses font partie des principaux déclencheurs de performance et aussi de bien-être. Si nous avons bien fait quelque chose, nous sommes récompensés et, par conséquent, nous nous sentons bien. La récompense est un élément essentiel de notre motivation et l’origine d’un cercle vertueux. La dopamine est libérée comme une sorte de support moléculaire pour ces émotions positives de satisfaction.
De grandes quantités de dopamine sont libérées, par exemple, lors de victoires sportives, et les trophées remportés sont la récompense d’un entraînement intensif et des efforts que nous pouvons produire. Mais la dopamine est plus généralement, un neurotransmetteur qui est libéré en plus grande quantité si nous nous sentons bien et sommes dans une dynamique bonne et positive.
La dopamine est également liée au processus de mémorisation et d’apprentissage.

La dopamine est-elle également liée à des problèmes moteurs ?

En effet, les facteurs émotionnels ne sont pas les seuls à déterminer notre degré de bonheur. De bonnes fonctions motrices contribuent fortement à notre bien-être et favorisent la sensation de jeunesse.
Supposons que notre corps vieillisse ou ne fonctionne plus correctement, et devienne moins performant, éprouve des crampes musculaires, des spasmes ou des tremblements, des courbatures et des douleurs, une raideur dans les muscles, une perte d’équilibre, moins de dynamique et une baisse de la libido. Ces types de problèmes physiques et motrices peuvent avoir un impact significatif sur notre bien-être physique et notre degré de bonheur.
La dopamine est connue pour être l’un des principaux facteurs d’excellentes fonctions motrices et de sensation de “bien-être moteur”.

Quel type de conséquences ressentons-nous avec de faibles niveaux de dopamine ?

Il est bien connu que des niveaux de dopamine chroniquement bas peuvent entraîner la dépression, la fatigue chronique et, s’ils sont combinés à des dommages aux neurones dopaminergiques, nous pouvons observer des problèmes tels que la maladie de Parkinson. De faibles niveaux de dopamine ont également été associés au syndrome des jambes sans repos (SJSR) et à certaines formes de tremblements essentiels.
Cependant, il existe également des situations où les faibles niveaux de dopamine sont plus temporaires et peuvent entraîner du stress, un épuisement professionnel burnout, un manque de libido ou une sensation de fatigue, de mauvaise humeur et de démotivation. Certains problèmes de concentration, y compris le TDAH, ont également été liés à de faibles niveaux de dopamine.
En plus des problèmes mentionnés ci-dessus, on peut observer une grande variété d’autres signes et conditions qui peuvent être liés à une carence en dopamine : troubles du sommeil ou sommeil perturbé, constipation, manque d’énergie, mouvement ou parole plus lent que d’habitude, sentiment de désespoir et de culpabilité, anxiété, manque d’expression faciale et bien d’autres.
Dans nombre de ces états de mal-être, on observe des déficits dopaminergiques !

Comment les déficits en dopamine peuvent-ils se produire ?

En premier lieu, on peut citer les dommages des neurones dopaminergiques. Ces cellules spécifiques du cerveau pourraient être considérées comme une sorte de centrales de transformation qui changent la L-dopa en dopamine et la répartissent ensuite dans le cerveau et dans le corps.
Les experts considèrent que nous perdons en moyenne environ 10% de notre potentiel dopaminergique chaque décennie à partir de 20 ans. Une fois que 60 à 80 % de notre potentiel dopaminergique est détruit, des problèmes plus graves parmi ceux mentionnés ci-dessus sont susceptibles d’apparaître.
Un autre problème que nous pouvons observer est une diminution des récepteurs de dopamine des cellules qui peut contribuer à une moindre capacité à utiliser la dopamine générée. Des facteurs génétiques ont également été signalés comme étant impliqués dans le manque de notre capacité à utiliser la L-Dopa et la dopamine de manière optimale.
Enfin, on peut également citer les problèmes nutritionnels. La transformation industrielle des aliments qui ne préserve pas toujours les ingrédients actifs des aliments peut conduire à des aliments aux valeurs nutritionnelles médiocres. Mais, comment peut-on s’attendre à ce que notre corps produise de la dopamine, si nous ne lui apportons pas un apport suffisant en précurseurs, principalement la L-dopa ?
De mauvais comportements nutritionnels peuvent être une cause supplémentaire qui peut conduire à un manque de L-dopa dans notre alimentation et par conséquent conduire à des déficits dopaminergiques et des problèmes associés.
En résumé, le corps manque souvent tout simplement de L-dopa qui est l’ingrédient essentiel pour produire des quantités suffisantes de dopamine.
Une combinaison de ces différentes origines peut entraîner des déficits dopaminergiques plus sévères et déclencher des conséquences plus invalidantes, mais l’une d’entre elles peut suffire à entraîner des troubles temporaires ou permanents.

Comment lutter contre les déficits en dopamine ?

Un mode de vie sain peut contribuer à préserver le potentiel dopaminergique. C’est le premier bon point de départ.
Bouger, bien s’alimenter et diminuer le stress sont certainement parmi les principaux ingrédients pour maintenir de bons niveaux dopaminergiques et lutter contre les déficits dopaminergiques.
Un autre élément essentiel que nous pouvons mentionner se produit avec les antioxydants tels que la vitamine E qui peuvent contribuer de manière significative à protéger les cellules contre les dommages oxydatifs. Le yaourt, le kéfir, la choucroute et d’autres aliments fermentés sont bénéfiques, car ils contiennent des probiotiques bénéfiques pour la santé. Certains d’entre eux sont même appelés “psychobiotiques”, car ils favorisent la production de dopamine. Aussi, il est intéressant de manger des aliments riches en L-dopa, comme les fèves Vicia Faba. Certains de ces fèves de Vicia Faba contiennent des niveaux élevés de L-dopa.

Les compléments alimentaires peuvent-ils apporter une solution supplémentaire ?

Il peut s’avérer difficile de manger des fèves Vicia Faba tous les jours pour compenser les déficits dopaminergiques. De plus, dans de nombreuses situations, nous aurions besoin d’en manger beaucoup pour obtenir une compensation suffisante.
Les compléments alimentaires comme AtremoPlus peuvent être une excellente source de L-dopa pour compenser les faibles niveaux de dopamine temporairement ou définitivement.
Cependant, il est important que la L-dopa des compléments alimentaires puisse atteindre le cerveau. Les polyphénols d’AtremoPlus régulent la transformation de la L-dopa en dopamine pour pouvoir traverser la barrière cérébrale et amener la L-dopa là où elle est réellement nécessaire : dans le cerveau.
AtremoPlus est élaboré à partir de la plante Vicia Faba selon un procédé qui préserve les principes actifs. Il contient aussi naturellement des polyphénols qui ralentissent les processus de transformation de la L-dopa en dopamine. Cela permet à la L-dopa, une petite molécule, de passer la barrière hémato-encéphalique et de se transformer en dopamine là où elle est réellement nécessaire : dans le cerveau !
Cette fonction inhibitrice des polyphénols est essentielle car elle permet de maintenir la L-dopa disponible pour le cerveau le plus longtemps possible. La L-dopa qui se transforme trop vite dans le sang et avant d’atteindre le cerveau devient inutile.

AtremoPlus est normalisé dans sa teneur en L-dopa, bien toléré et contient également de la vitamine E

Comme de nombreux compléments alimentaires n’ont pas de teneur standardisée en L-dopa, il est important de faire attention à ce point. AtremoPlus fournit non seulement une concentration élevée mais également normalisée à 21,5 mg/g de L-dopa pour un dosage sûr et régulier.
AtremoPlus contient également de la vitamine E qui favorise la protection des cellules contre les dommages oxydatifs causés par les radicaux libres. Les dommages oxydatifs causés par les radicaux libres sont considérés par les experts comme l’une des principales causes du vieillissement et des processus dégénératifs.
Atremoplus a été testé cliniquement et a été très bien toléré par 100% des participants à l’étude sans aucun effet secondaire indésirable. Généralement, les utilisateurs d’AtremoPlus rapportent d’excellents résultats tout en étant parfaitement tolérés.
Où acheter AtremoPlus ?
Veuillez cliquer sur le lien suivant ou sur le bouton ci-dessous pour être redirigé vers le site Web pour acheter AtremoPlus : https://atremoplus.com/fr/atremoplus-natural-l-dopa

Nous expédions dans de nombreux pays d’Europe, aux États-Unis, au Canada et dans certains autres pays avec des sociétés de transport haut de gamme telles que DHL, UPS et Colissimo.

Ce contenu peut être important pour les personnes qui ont besoin de cette solution naturelle. Merci de partager!

Clause de non-responsabilité:
Veuillez noter que ce blog informe sur notre complément alimentaire AtremoPlus et des sujets connexes. Ce blog n’a PAS l’intention de donner des conseils médicaux.
Pour toutes questions médicales, veuillez contacter votre professionnel de la santé.

Références:

Baïk, JH. Stress et système de récompense dopaminergique. Exp Mol Med 52, 1879–1890 (2020). https://doi.org/10.1038/s12276-020-00532-4

Bressan, R.A. and Crippa, J.A. (2005), The role of dopamine in reward and pleasure behaviour – review of data from preclinical research. Acta Psychiatrica Scandinavica, 111 : 14-21.

Laisser un commentaire