AtremoPlus: moins de rigidité, plus de souplesse et de mobilité!

Se sentir rajeuni avec plus de mobilité et de souplesse

Dans cette nouvelle newsletter nous avons choisi d’aborder avec vous le sujet de la rigidité, car notre récente enquête a montré des chiffres très significatifs d’amélioration pour les utilisateurs d’Atremoplus.

La raideur est un phénomène qui se caractérise par une grande perte de flexibilité, qui peut même entrainer une posture courbée ainsi qu’une sensation précoce d’usure et de vieillesse. La rigidité est également l’une des caractéristiques majeures de la maladie de Parkinson. Subir une rigidité importante rend la vie quotidienne difficile pour des tâches qui étaient autrefois simples.

C’est donc avec joie que nous vous communiquons les résultats de notre récent sondage sur l’amélioration de la rigidité chez les participants, dont les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Tout d’abord, il est intéressant de noter que 57 % des personnes ont déclaré être touchées par une rigidité très sévère et notable avant la prise d’AtremoPlus.

La bonne nouvelle est qu’à la suite de la prise d’AtremoPlus, cette catégorie de personnes les plus touchées par la rigidité sévère notable a pu enregistrer une baisse de 41,5 % et ne concerne plus que 15,5 % des utilisateurs !

Par ailleurs, seulement 7 % des participants au sondage n’ont ressenti aucune amélioration en termes de rigidité.

Donc visiblement, les principes actifs de la plante Vicia faba, à base de notre complément alimentaire, ont un fort impact sur le phénomène de rigidité.

Il est à noter que certains utilisateurs prennent uniquement 5 g/jour d’AtremoPlus, soit 2 dosettes bien remplies, ce qui est le minima des recommandations journalières.

Or, nous recevons régulièrement des témoignages de personnes qui, après avoir augmenté leur dose à 10 g par jour (soit 4 dosettes) ont ressenti encore une nette différence, améliorant visiblement leur souplesse et leur flexibilité.

Nous allons dans cette newsletter explorer davantage ce phénomène de rigidité.

Dans quelle partie du corps se manifeste la rigidité ?

Dans la maladie de Parkinson, la rigidité peut se manifester dans différentes parties du corps. Les zones les plus couramment affectées sont les bras et les jambes, où la raideur musculaire peut être particulièrement prononcée. Cependant, la rigidité peut également toucher d’autres parties du corps, notamment le tronc, le cou et même les muscles faciaux, ce qui peut donner l’impression que la personne porte un masque avec une expression fermée, voire dépressive. Même le fait de sourire correspond à un effort.

Cette rigidité peut se traduire par une perte totale ou partielle du mouvement propre à une articulation appelée ankylose, ou une sensation de tension musculaire, rendant les mouvements plus difficiles et moins fluides.

Il est intéressant de noter que la rigidité est souvent plus prononcée d’un côté du corps.

Quelles sont les conséquences de cette raideur pour les personnes ayant Parkinson ?

La rigidité entraine toute une série de problèmes liés dont les principales sont les suivants :

  1. Difficulté à bouger librement : La rigidité musculaire rend les mouvements plus difficiles et moins fluides. Les activités quotidiennes telles que se lever d’une chaise, se tourner, manger, marcher, renter dans une voiture ou se vêtir peuvent devenir des défis majeurs.
  2. Fatigue musculaire : La tension constante dans les muscles peut entraîner une fatigue musculaire accrue, ce qui rend les activités physiques plus épuisantes.
  3. Douleur : La rigidité musculaire peut être douloureuse, en particulier lorsqu’elle est associée à des crampes ou à des contractions prolongées des muscles.
  4. Réduction de l’amplitude des mouvements : La rigidité limite l’amplitude des mouvements, ce qui peut rendre les gestes plus petits et moins précis.
  5. Difficulté à maintenir une posture droite : La rigidité peut entraîner une posture courbée ou inclinée, ce qui peut causer des douleurs dorsales et des problèmes de posture.
  6. Problèmes de diction : La rigidité musculaire peut affecter les muscles de la gorge et de la bouche, ce qui peut entraîner des difficultés de prononciation et de déglutition.
  7. Réduction de la flexibilité : La rigidité limite la flexibilité des muscles et des articulations, ce qui peut entraîner une diminution de la mobilité et de l’agilité.
  8. Altération de l’équilibre : La rigidité musculaire peut perturber l’équilibre et la coordination, ce qui peut augmenter le risque de chutes et de blessures.

Sur le plan émotionnel, la frustration et la perte de confiance en soi peuvent résulter de la lutte contre cette raideur persistante.

Ces problèmes peuvent avoir un impact significatif sur la qualité de vie des personnes atteintes de la maladie de Parkinson et nous sommes heureux que la situation ait pu s’améliorer significativement par les utilisateurs de AtremoPlus.

Pourquoi les personnes deviennent plus rigides ?

En réalité, la science n’a pas encore complètement élucidé les mécanismes précis qui sous-tendent cette rigidité. Du point de vue mécanique, la rigidité est souvent causée par un dysfonctionnement du système dopaminergique dans le cerveau, qui régule les mouvements et la coordination. Une carence en dopamine entraîne une perturbation des signaux envoyés aux muscles, ce qui se traduit par une augmentation du tonus musculaire, provoquant raideur et difficulté à effectuer des mouvements fluides.

Bien que les mécanismes exacts ne soient pas encore connus en profondeur, nous sommes déjà enthousiastes à l’idée des améliorations de mobilité signalées par les utilisateurs d’AtremoPlus.

Il y a évidences scientifique grandissante que noradrénaline joue également un rôle dans la coordination des mouvements et les dyskinésies. Donc le taux de noradrénaline est ainsi à observer quant à la rigidité. 

Que faire contre la rigidité ?

Ci-dessous, vous pouvez trouver quelques astuces pour maintenir et améliorer votre souplesse :

  1. Thérapie physique : La thérapie physique peut aider à améliorer la flexibilité musculaire, la force et l’équilibre, ce qui peut réduire la rigidité musculaire et améliorer la mobilité.
  2. Exercices d’étirement : Des exercices d’étirement réguliers peuvent aider à maintenir la souplesse des muscles et à réduire la rigidité.
  3. Massage thérapeutique : Les massages peuvent aider à détendre les muscles tendus et à réduire la raideur musculaire.
  4. Chaleur : L’application de chaleur sous forme de coussins chauffants, de bains chauds ou de compresses chaudes peut aider à détendre les muscles et à réduire la rigidité.
  5. Yoga et tai-chi et respiration profonde : Ces disciplines peuvent aider à améliorer la souplesse, l’équilibre et la coordination, ce qui peut contribuer à réduire la rigidité musculaire. La respiration profonde peut favoriser la relaxation musculaire et réduire la raideur.
  6. Hydratation adéquate : Boire suffisamment d’eau peut aider à prévenir la déshydratation, ce qui peut contribuer à réduire la raideur musculaire.
  7. Gestion du stress : Le stress peut aggraver la raideur musculaire, il est donc important de pratiquer des techniques de gestion du stress telles que la méditation, la respiration profonde ou le yoga pour aider à détendre les muscles.
  8. Repos adéquat : Un repos adéquat est essentiel pour permettre aux muscles de récupérer et de se détendre, ce qui peut contribuer à réduire la rigidité musculaire. Un bon matelas avec des points d’appui peut être une aide précieuse dans ce contexte.

Les mécanismes sous-jacents qui pourraient expliquer les scores importants de regain de souplesse des utilisateurs d’AtremoPlus?

Comme nous ne connaissons pas avec exactitude les mécanismes de la rigidité, nous ne pouvons pas fournir une réponse complète à cette question. Néanmoins, plusieurs pistes intéressantes pourraient contribuer à expliquer l’amélioration significative constatée chez les personnes ayant participé à notre sondage.

  • Tout d’abord, il est important de mentionner la métabolisation efficace de la L-Dopa naturelle et son transport vers les zones cérébrales où elle est nécessaire, grâce notamment aux composants qui inhibent la conversion rapide de la L-Dopa en dopamine, tels que la Carbio-dopa et les polyphénols. (voir notre newsletter ci-dessous en lien)
  • De plus, les composants naturels présents dans AtremoPlus pourraient influencer les facteurs de plasticité cérébrale et les facteurs de croissance, jouant ainsi un rôle crucial dans l’amélioration de la mobilité. (voir notre newsletter sur ce sujet ci-dessous en lien)
  • L’aspect de l’épigénétique naturelle, avec une méthylation améliorée, pourrait favoriser la production de protéines de meilleure qualité, améliorant ainsi l’expression génétique et la structure. (voir notre newsletter sur ce sujet ci-dessous en lien)
  • Les principes actifs tels que les flavonoïdes ou la vitamine E, reconnus pour leurs propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, ne doivent pas être négligés dans l’explication des sensations de mobilité accrue chez les utilisateurs d’AtremoPlus.
  • AtremoPlus permet d’augmenter de manière significative les taux de noradrénaline, ce qui pourrait également expliquer une amélioration de la mobilité.

  • Enfin, notre sondage a également mis en lumière une amélioration de la qualité du sommeil ainsi qu’une diminution des douleurs, favorisant une meilleure régénération des cellules du corps, une mobilité et une souplesse augmentées. (voir nos newsletters sur ce sujet ci-dessous en lien)

Pour conclure, nous avons plaisir à vous partager quelques témoignages de personnes qui prennent Atremoplus depuis plusieurs mois ou années, peut-être vous reconnaitrez-vous ?

« La sensation d’être coincé dans mon propre corps s’est estompée »

« Quand je fais mes courses, je me rends compte que mes gestes sont plus fluides, je parais plus naturel »

« Me lever du lit n’est plus une corvée, je me mets debout sans difficulté »

« Je me sens plus agile pour monter mes escaliers »

« Je rentre dans ma voiture beaucoup plus facilement, car je peux me plier et me baisser davantage.»

« Je ressens plus de mobilité et un dynamisme que j’avais perdu, cela me met en joie pour la journée !»

Ce contenu peut être important pour les personnes qui ont besoin de cette solution naturelle. Merci de partager ! 

Facebook
Twitter
LinkedIn
VK
Telegram
WhatsApp
Email

En clinquant sur le bouton ci-dessous, je quitte le site d’information : 

Avis de non-responsabilité :
Veuillez noter que ce blog fournit des informations sur notre complément alimentaire AtremoPlus et sur des sujets connexes. Ce blog n’est pas destiné à fournir des conseils médicaux.
Si vous avez des questions d’ordre médical, veuillez contacter votre professionnel de la santé.

Références :

Kempster, P. A., and M. L. Wahlqvist. “Dietary factors in the management of Parkinson’s disease.” Nutrition reviews 52.2 (1994): 51.

Ghaffari, Bijan D., and Benzi Kluger. “Mechanisms for alternative treatments in Parkinson’s disease: acupuncture, tai chi, and other treatments.” Current neurology and neuroscience reports 14 (2014): 1-11.

Lim, T. K., and T. K. Lim. “Vicia faba.” Edible Medicinal And Non-Medicinal Plants: Volume 2, Fruits (2012): 925-936.

Perrotta, G. “Parkinson’s disorder: definitions, contexts, neural correlates, strategies and clinical approaches. 4 (5).” DOI 10 (2019): 2578-8868.

Grimbergen, Yvette AM, et al. “Postural instability in Parkinson’s disease: the adrenergic hypothesis and the locus coeruleus.” Expert review of neurotherapeutics 9.2 (2009): 279-290.

Del Tredici, Kelly, and Heiko Braak. “Dysfunction of the locus coeruleus–norepinephrine system and related circuitry in Parkinson’s disease-related dementia.” Journal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry (2012).

Tosserams, Anouk, et al. “Modulating arousal to overcome gait impairments in Parkinson’s disease: how the noradrenergic system may act as a double-edged sword.” Translational neurodegeneration 12.1 (2023): 1-11.

Fahn, Stanley. “Fluctuations of disability in Parkinson’s disease: pathophysiology.” Movement disorders. Butterworth-Heinemann, 1981. 123-145.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *